Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 00:00

C’est la partie de pitchac du siècle.

Georges vient d’égaliser, score 19 à 19.

C’est à Robert de jouer, il se saisit du pitchac, lui fait une myriade de bisous et commence à jongler. Intérieur pied droit, intérieur pied gauche, javalette du droit et but…..

Et comme la javalette vaut deux points Robert emporte la partie, il saute comme un derviche tourneur, les bras tendus et les index pointés vers le ciel.

 

            -Oh Robert ! Tu t’es pris pour notre voisin Jean Boiteux quand il a gagné la médaille d’or aux jeux olympiques à Helsinki, hombre ! C’est jamais qu’une partie de pitchac, que leche !!!

 javalette2.jpg

Aquarelle Georges DEVAUX

 

Pris par l’enjeu du match nous n’avons pas vu arriver madame Robolin, elle revient du marché de la rue de la Bastille, avec deux « capassos » pleins jusqu’à la gueule.

-         Purée les copains, il va falloir se taper les quatre étages avec les couffins de la mère Robolin

-         C’est pas grave avec le pourboire on va se payer une bonne crème à la vanille.

Et ça ne manque pas :

-         Bonjour les enfants, rendez-moi un petit service…

Elle n’a pas le temps de finir sa phrase que ce falso de Robert lui dit :

-         Pas de problème madame, c’est un vrai plaisir…

Madame Robolin est un peu enveloppée, un buste avantageux, c’est sur que quand il pleut elle  ne se mouille pas les pieds. Le tout  posé sur de fines cagnettes et des yeux d’un bleu intense qui lui mangent la figure, aussi les quatre étages c’est pas bon pour son cœur, surtout avec des couffins chargés à mort.

Aussitôt dit aussitôt fait, on s’y met à quatre chacun une anse de panier et nous voilà à l’assaut des  escaliers et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire nous avons avalé les quatre étages et nous attendons sagement devant la porte palière.

Madame Robolin tout en sueur finit par arriver, sa poitrine déjà opulente enfle à chaque battement de cœur :

-         Mille fois merci les enfants, entrez, entrez,  je vais vous servir un bon verre de Judor et moi aussi car j’ai peur d’exploser de chaud.

-         Avancez et installez vous dans mon salon privé judor1

Merci à Georges Vieville pour cette image

 

Georges qui n’en manque pas une :

-         C’est super ça, vous avez un salon privé dans votre appartement privé

-         Vous allez tout comprendre entrez et prenez la peine de vous asseoir

-         Ne vous inquiétez pas madame Robolin, ça nous fait jamais de la peine quand il faut s’asseoir pour déguster un bon Judor   .

Nous avalons nos envies de rire, et pénétrons dans une pièce assez grande mais sans fenêtre et là surprise : les murs sont tapissés de photos de l’actrice Élizabeth Taylor, de vraies photographies sur papier glacé.

-         Purée madame Robolin vous êtes une vraie admiratrice !

-         Une admiratrice ? Vous voulez rire ? Dit madame Robolin pénétrant dans la pièce et déposant sur une table basse un plateau où trônent cinq bouteilles de Judor, cinq verres magnifiquement ciselés et des pailles.

-         C’est vrai qu’on aime bien rire, mais là il faut nous expliquer

-         Regardez-moi bien les enfants ! Je suis Élizabeth Taylor !

Là, heureusement que nous sommes assis, l’envie de rire devient de plus en plus forte et il faut se mordre la langue pour ne pas exploser.

Robert qui arrive à se contenir renchérit :

-         Mais, en attendant mon tour chez le coiffeur, j’ai lu dans l’Écho d’Oran qu’elle tournait un nouveau film.

-         Sornettes que tout cela ce n’est qu’une pale sosie.

Bernard se penche vers moi et me dit à l’oreille :

-         Schkoun ada  sornettes ?

-          Balivernes ça veut dire.

-         Dis-moi une autre comme ça ! Vous vous êtes torchés avec le petit Larousse ou quoi ?

-         Vous savez, dit madame Robolin, la vie à Hollywood était devenue infernale pour

moi, impossible de sortir sans qu’une meute de journalistes se retrouve à mes trousses.

Toujours d’immenses lunettes noires et un  foulard pour cacher mon visage, non ; c’était impossible de continuer ainsi, c’est pourquoi j’ai décidé de me réfugier ici pour retrouver la paix et la tranquillité.

-         Comme vous avez bien fait, madame Robolin, Oran est un vrai paradis pour les stars dit Marcel

-         Que falso, me glisse Robert dans l’oreille.

-         Bon les gars il faut qu’on finisse la partie alors tchoupez vite votre Judor et on y va.

-         Ah ! J’oubliais, dit notre hôtesse, voici cent sous chacun et surtout gardez bien le secret je n’aimerai pas que la chasse à la vedette recommence.

-         A karabi madame Robolin, et on crache pas parterre car votre sol est trop propre.

La réponse de Bernard nous permet enfin de rire sans offusquer notre star, nous avalons le Judor à la six quatre deux et nous levons pour prendre congé.

-         Merci madame pour tout.

-         Merci à vous les enfants et n’oubliez c’est notre secret surtout pas un mot.

-         Une parole est une parole madame, au revoir et à votre service

Nous dévalons l’escalier comme si le diable était à nos trousses, le ramdam fait surgir la concierge qui, balais à la main, nous apostrophe :

-         Alors il faut vous le dire en quelle langue qu’il ne faut pas faire de l’escandale dans cet immeuble, allez fuera ! Et si je vous y reprends vous allez faire connaissance avec mon balai.

Nous sommes enfin dehors et là les commentaires vont bon train :

-         Ouf ! Dit Robert pincez-moi pour voir si je ne suis pas entrain de rêver.

-         Tu rêves pas, amigo, je crois que cette pauvre madame Robolin est bonne pour le pavillon 35.

-         Allez Richard Burton et les autres on va se taper une glace rue de la Bastille avec les cent sous de la star.

Et c’est morts de rire que nous nous dirigeons vers la rue de l’Artillerie un petit coup à droite et bien sur, pour aboutir rue de la Bastille, il faut passer devant le Colisée.

Une immense affiche annonce le film de la semaine : « Une place au soleil » avec devinez qui ? Et oui Elizabeth Taylor et Montgomery Clift.

affiche

-         Purée, dit Marcel, elle nous poursuit la star, peut être qu’elle pourrait nous offrir des places à l’œil.

-         Ça c’est une idée qu’elle est bonne, et d’autres pour son nouveau film : « Une place au pavillon 35 », renchérit Robert.

-         Bon, « Baja d’el carro y anda por pata »

-         Et ça veut dire quoi ?

-         Ça veut dire ne te fais pas des films.

Ce qui engendre de nouveaux éclats de rire et une série de tape cinq.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

nordine ettayeb 05/08/2010 18:46



Merci pour ces souvenirs, j'avais l'impression de revivre mes 12 ans Merci encore